Stockage géologique du carbone : une méthode encore méconnue pour lutter contre le changement climatique

En préambule de la 2ème édition du colloque international sur le captage et le stockage du CO2 organisé à Paris du 3 au 5 octobre 2007, l'ADEME a présenté les résultats d'un sondage sur la perception de la technologie de stockage du CO2 par les Français. D'après cette enquête, plus d'un quart des interviewés ont entendu parler de stockage de CO2 mais 78 % d'entre eux ne savent pas expliquer de quoi il s'agit.

Solution technique envisagée pour lutter contre l'émission de gaz à effet de serre (GES), le stockage géologique du CO2 est une des thématiques discutées au Grenelle de l'Environnement mené par le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables s'inscrivant dans les actions prioritaires du gouvernement et du ministère de Jean-Louis Borloo.

Le stockage géologique du CO2 : un début de notoriété mais une technologie encore peu connue

Les Français s'intéressent aux solutions de lutte contre le réchauffement climatique et estiment à 79 % qu'il faut agir de manière concrète rapidement. Ils ont désormais un bonne connaissance des technologies alternatives : énergies renouvelables, appareils économes,... sont connus par plus de 80 % des sondés. En revanche, si 34 % des Français ont entendu parler du stockage géologique du CO2, seulement 12 % d'entre eux déclarent savoir de quoi il s'agit et 6 % apportent une réponse exacte à la question "selon vous en quoi consiste le stockage géologique du CO2 ?".

Un important travail d'information grand public est nécessaire...

Lorsqu'on leur explique le principe du stockage géologique, 59 % des sondés se déclarent a priori favorables à l'utilisation de ce procédé en France.
En revanche, une fois exposés les risques potentiels de cette technologie (fuite de CO2, possibilité de mouvement de terrain, pollution des eaux...), les doutes s'accentuent et ils ne sont plus que 9 % à estimer que les incertitudes sur les effet du stockage seront suffisamment maîtrisées et 63 % à trouver ces incertitudes inquiétantes et à souhaiter que les recherches soient approfondies. De plus 61 % des sondés estiment que le stockage du CO2 risque d'être une excuse pour ne pas modifier nos modes de productions énergétiques.

Ce sondage confirme la nécessité d'informer le grand public sur le procédé et notamment sur les travaux de recherche réalisés pour assurer la sécurité du stockage du CO2. De plus il ne faut pas oublier que même si cette option est un outil prometteur pour lutter contre le réchauffement climatique, elle reste une solution complémentaire aux actions entreprises pour maîtriser la consommation d'énergie et développer des énergies propres et renouvelables.

1 commentaires:

luc92 a dit…

un rapport a été publié hier ou avant hier montrant que cette filière est peu ou pas intéressante